Contact | Nouvelles | Questions fréquentes | Blog

Une seconde opinion

Obtenez une seconde opinion sur vos investissements

Nous croyons vraiment qu’obtenir une seconde opinion sur vos investissements est une étape cruciale dans l’atteinte de vos objectifs financiers. En particulier, si vous avez des doutes sur votre futur financier et sur la composition actuelle de votre portefeuille. Nous vous encourageons à lire notre rubrique intitulée « pourquoi nous sommes votre gestionnaire de choix ». Elle contient plusieurs questions qui devraient être facilement répondu par votre conseiller financier actuel, sinon contactez-nous.

Chez Montag gestion privée et sans aucune obligation de votre part nous sommes en mesure de vous donnez une seconde opinion sur votre portefeuille d’investissement. Nous vous ferons part de notre philosophie et notre approche en plus de vous faire des recommandations. Vous en sortirez que davantage informez et en mesure de prendre voir même de meilleures décisions.

Évitez le “Si j’avais su”

Trop souvent lorsque les investisseurs commencent à s’intéresser à leurs finances personnelles, ils découvrent aussi que s’ils avaient été conseillé plus tôt dans leurs vies ils auraient obtenu de meilleurs rendements et probablement sauver sur les frais de gestion. Dans la même ligne de pensée que la seconde opinion nous aimons faire l’analogie avec l’achat d’une maison. Lors de l’achat d’une maison il est impératif d’en visiter plus d’une avant de se faire une juste opinion et une meilleure compréhension avant de prendre une décision. Soyez proactif et tenter de minimiser ou éviter le “Si j’avais su”.

Pourquoi nous sommes votre gestionnaire de choix

Les points suivants vous aideront à identifier pourquoi nous sommes votre gestionnaire de choix.

Lire la suite

Pourquoi nous sommes votre gestionnaire de choix

Les points suivants vous aideront à identifier pourquoi nous sommes votre gestionnaire de choix.

Nous sommes votre gestionnaire de choix si:

  • Vous croyez avoir peu de service pour ce vous payez actuellement. Votre conseiller vous vend des produits financiers mais n’est pas lui-même impliqué dans la gestion. Vous n’avez aucune idée de combien vous payez pour vos frais de gestion.
  • Votre conseiller actuel est seulement un intermédiaire il (ou elle) n’a pas l’habilité ou l’expérience de gérer des portefeuilles d’actions ou d’obligations mais malgré tout vos frais de gestion élevés laissent à croire le contraire.
  • Jusqu’à maintenant et même encore aujourd’hui vous considérez n’avoir appris que très peu sur l’investissement malgré le fait que vous fassiez affaires depuis plusieurs années avec un conseiller financier.
  • Pire encore vous n’avez aucune idée combien votre conseiller exige en frais pour seulement s’occuper de votre argent. À vrai dire parfois même il n’est même pas impliqué dans la gestion directe. Avez-vous l’impression qu’il y a un manque de transparence concernant vos frais de gestion?
  • Vous ne recevez pas ou n’avez jamais reçu de rapport de performance. Vous n’avez aucune idée de quel était le rendement de votre portefeuille cette dernière année, semestre ou trimestre. Vous n’avez pas établi une politique de placements avec votre conseiller.
  • Vous n’avez pas le sentiment que votre conseiller actuel soit vraiment connaisseur. Il ou elle est davantage un vendeur une vendeuse de produits financiers. Vous êtes maintenant à la recherche d’un plus grand niveau d’expertise car votre actif financier augmente, au même titre que vos besoins.
  • Plusieurs de vos comptes d’investissements sont éparpillés un peu partout. Vous n’avez pas l’impression que vos actifs familiaux sont gérés de façon optimale et encore moins avec une vraie approche globale. Par exemple, votre femme possède des comptes d’investissements, vous en avez aussi, votre compagnie à accumulé des fonds qui dorment à la banque sans vraiment être gérés avec le reste de vos actifs. Vous n’aviez jamais pensé que tous ces comptes pourraient être gérés globalement et plus efficacement.
  • Votre actif familial pouvant être investi (en combinant : vous, votre époux ou épouse, votre compagnie, votre fiducie) a atteint plus de 650,000$ et continue de grossir.
  • Vous êtes “un investisseur accrédité” tel que défini dans votre propre province et qui est typiquement basé sur la taille de votre actif ou revenu individuel ou familial.
  • Vous avez des actifs considérés non liquides (investissements immobiliers, vous possédez une compagnie, etc.) qui devraient être pris en considération dans votre approche globale de gestion de patrimoine.
  • Vous croyez que vos investissements sont bien diversifiés. Vous croyez que les actions et les obligations sont les seuls types d’actifs que vous devriez détenir. Pire encore, vous êtes convaincu qu’avec vos investissements en actions internationales vous êtes protégé contre les baisses de marchés. Vous ne saviez pas vraiment que les tous les marchés sont extrêmement corrélés et la diversification internationale que l’on vous a vendu ne fonctionne que très rarement. Et encore moins comme nous l’avons tous appris depuis la crise financière.
  • Vous êtes persuadé que les obligations sont sans risque et que les actions sont des actifs beaucoup plus risqués en tout temps.
  • Ou bien vous croyez qu’un portefeuille 60%/40% équilibré actions/obligations protège très bien vos actifs quand les actions sont en forte baisse.
  • Personne n’a vraiment abordé avec vous l’impact de l’inflation sur la croissance réelle de votre portefeuille.
  • Personne n’a abordé avec vous le dilemme des titres à revenus fixes dans un environnement de hausse de taux.
  • Vous connaissez pas vraiment la différence entre une personne qui vend des fonds mutuels, un conseiller financier et un gestionnaire de portefeuille.
  • Quand une compagnie de gestion de patrimoine vous approche, vous n’êtes pas en mesure de distinguer l’offre entre une approche « multi-gestionnaire » et une approche avec « gestionnaire unique »
  • Personne n’a discuté avec vous de ces différents risques : « risque d’allocation d’actif », « risque de perte en capital », « risque d’opportunité », « risque de perte de pouvoir d’achat ».
  • Vous croyez dans l’investissement durable mais personne ne l’a abordé encore moins proposé jusqu’à maintenant.
  • Vous êtes une fondation privée ou scolaire et vous croyez que les investissements actuels risquent de ne pas délivrer un rendement minimum de 3.5% à long terme dû au manque de diversification. Et en particulier, avec des variations plus extrêmes dans les marchés obligataires et actions.
  • Une grande partie de votre fortune est placée dans des actifs immobiliers et jusqu’à maintenant vous n’avez jamais rencontré un conseiller financier ou un gestionnaire de portefeuille avec une réelle compréhension de cette classe d’actif. Ce manque d’expertise fait en sorte que vos deux types d’actifs (portefeuille immobilier et portefeuille d’investissements) sont gérés de façon complètement indépendante plutôt que d’être gérés ensemble, globalement.
  • Vous êtes persuadé que le levier financier n’a jamais sa place en investissements.
    Personne ne vous introduit aux stratégies d’options soit parce que ce n’était pas adapté pour vous ou simplement parce que les intervenants que vous avez rencontré ne connaissaient que très peu de choses sur la contribution des options pour protéger un portefeuille.
  • Vous êtes persuadé que seules les grandes banques peuvent offrir un service de gestion de patrimoine ou vous en savez peu sur les avantages des firmes de gestion de patrimoines indépendantes.
  • Vous croyez que votre argent n’est pas en sécurité avec une firme de gestion indépendante.
  • Vous ne saviez pas que votre argent est autant en sécurité avec un gestionnaire indépendant qu’avec les grandes banques. Cela dépend du dépositaire et souvent les dépositaires utilisés par les gestionnaires de portefeuille comme nous sont souvent des filiales d’une des six grandes banques canadiennes.
  • Vous croyez être devenu un client important pour votre grande banque parce que vous possédez au moins 1 million $ d’actif pouvant être investi. Malheureusement, ce n’est même pas assez conséquent pour eux, pour qu’ils se soucient de votre départ de leur banque.